Coaching d'expatriation 

  • Loin de n’être qu’un simple déménagement géographique, l’expatriation représente une véritable « transplantation » de l’expatrié.e et de son entourage dans un environnement le plus souvent complètement nouveau peur eux. Source de multiples opportunités et de réinvention de soi-même, l’expatriation n’en demeure pas moins une période à haut risque. 

  • Le maître mot de l’expatriation, c’est l’adaptation au changement!

  • Comme le disait Héraclite,  « il n’est de permanent que le changement » et cela, en tant qu’expatrié.e, vous le savez mieux que quiconque! Vous vivez la courbe de votre propre adaptation, allant d’une période d’euphorie, à celle de la mise en place de nouvelles ressources pour de nouveaux projets en passant par des phases d’énergie basse et de frustration.

  • C’est pour mieux vous accompagner dans ce changement systémique que nous vous proposons un coaching spécifique dédié à vos problématiques d’expatriation : en tant que salarié d’entreprise ou travailleur/euse indépendant.e, avec votre conjoint.e ou en célibataire, avec vos enfants ou en parent solo.

Passport

Comment vous vivez votre expatriation en quelques chiffres

Famille heureuse

 

 

  • 66% des expatriés pensent que leur intégration professionnelle repose surtout sur leur enthousiasme et leur motivation personnelle.

  • Pendant leur expatriation, 87% des expatriés ont un bilan positif de leur expatriation. 85% considèrent que l’expatriation est bonne pour leur carrière et 74 % ont amélioré leur niveau de vie. 88% seraient prêts à repartir. Au retour, ils sont encore 46% à penser que l’impact sur leur carrière a été positif mais 40% pensent que leur expatriation n’est pas assez valorisée et 31% qu’ils subissent un manque de reconnaissance.

  • Pour les expatriés : 

    • Les 3 priorités sont la vie de couple et la vie de famille (61%), la carrière professionnelle (90%) et la découverte du pays d’accueil (66%). 

    • Les 3 principales difficultés en expatriation sont la différence culturelle (36%), la barrière de la langue (26%), le rythme de travail (29%) et le stress (24%).

  • Pour les conjoints :

    • Avant l’expatriation, 80% travaillaient à temps complet 35% gagnaient autant ou plus que leur conjoint. En expatriation : 48% travaillent, 11% sont en recherche, 41% ne travaillent pas.

    • 71% des conjoints qui ont cherché du travail en ont trouvé. Leurs 3 principales motivations sont la continuité du CV, avoir un projet à soi, être financièrement indépendant. 

    • Les raisons non financières l’emportent sur les raisons financières.

      • Opportunité de faire évoluer ses compétences pour le conjoint (58% des conjoints) – Formation & Bénévolat aussi

      • Opportunité de se lancer dans l’entrepreneuriat (32% des conjoints)

      • Opportunité de travailler à temps partiel (36% des conjoints).

Tableau stats expat communication.png
Image de Alex Iby

Source :

Le baromètre de l’expatriation 2019; Impact de la mobilité internationale sur la vie et la carrière des expatriés

Expat Communication

Image de Luke Chesser

Le profil de votre coach 

Sandrine Gelin-Lamrani est coach certifiée dans l’accompagnement des mobilités internationales des expatriés et de leurs famille (membre de la coach academy d’Expat Communication). Elle vous fera bénéficier de son expérience d’expatriée sur 4 continents, dans des configurations professionnelles et des contextes personnels à chaque fois différents.

Logo_Certification-coach-academy_edited.png

Quelques-uns de nos outils en coaching d’expatriation

PHOTO-2020-05-05-15-07-09.jpg
ROUE-SATISFACTION.jpg

Coaching de départ et de retour d’expatriation

  • La courbe de vie et la courbe d’adaptation en expatriation pour conscientiser là où vous en êtes

  • La roue des domaines de vie pour mieux identifier quelles sont vos attentes vis-à-vis de l’expatriation et du coaching.

  • La check list du départ / retour en expatriation réussi

Découvrez nos packs dédiés à l’expatriation

  • Pour prendre le temps de préparer votre départ en prévoyant les étapes et actions clés à mener

  • Pour mieux anticiper les événements et difficultés éventuelles et trouver les ressources adéquates pour y faire face.

  • Pour vous aider à être à l’écoute des signes physiologiques et cognitifs d’un stress qui s’installe et à adopter l’attitude adéquate.

  • Pour faire de cette phase de l’expatriation un moment porteur de sens, positif et excitant.​

  • Pour vous offrir un espace de réflexion, dans une situation où vos repères habituels ont largement disparu (vos compétences, vos appétences, le besoin du marché local). Pour ouvrir un champ des possibles inédit en mettant en place permissions et protections.

  • Pour faire émerger votre projet professionnel au regard de votre parcours,  votre personnalité, vos compétences, vos talents, vos priorités, vos valeurs, vos besoins.

  • Pour mettre en œuvre votre projet professionnel de manière structurée autour d’approches et d’outils adaptés à votre situation.

  • Si vous êtes expatrié, pour vous permettre d’anticiper votre prochain mouvement en fonction de vos aspirations.

  • Si vous êtes conjoint pour vous soutenir dans une situation où  dépendance, notamment financière, isolement, le nouveau statut de conjoint sont des changements de vie systémiques.

  • Pour développer votre capacité à vous adapter et à agir efficacement face à des défis ou des contextes culturels différents, notamment en situation de travail.

  • Pour vous aider à rompre un sentiment d’isolement et une émotion de stress lié à l’incompréhension du fonctionnement culturel de votre environnement.

  • Pour vous aider à savoir traiter les gens comme ils voudraient être traités et non comme vous aimeriez être traité vous-même.

  • Pour appréhender la cohabitation de différentes cultures dans un même espace physique et de temps et adapter votre communication et vos comportements en conséquence.

  • Pour prendre le temps de préparer votre retour en anticipant les étapes et actions clés à mener.

  • Pour mieux anticiper le « culture shock » inversé que vous pouvez connaître de retour « chez vous » et trouver les ressources adéquates pour y faire face.

  • Pour éviter toute phase de dépression au retour, en gérant sa propre courbe de deuil.